Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide Tourisme France - Retour à la page d'accueil
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER

Accueil  Nice 
Guide des Sites Touristiques



 Agrandir le plan
 

Publicité


 
Publicité

Eglise Saint-Jacques-le-Majeur, dite aussi église du Gesù
Nice (06)

Informations pratiques, plan d'accès, tarifs, horaires

Ce qu'il faut savoir :

Cet édifice a marqué l'arrivée de l'art baroque à Nice et a servi d'exemple pour la construction de nombreux autres édifices religieux dans la région. Son architecture, et notamment sa façade, sont à rapprocher de l'église du Gesù de Rome. On y retrouve l'influence du baroque piémontais et des édifices romains.
Saint-Jacques-le-majeur, dite "du Gesù, a été construite au XVIIe siècle par les Jésuites qui avaient fondé un collège au coeur même du Vieux Nice.
Une première église modeste, "la Chiesetta", dédiée au St. Nom-de-Jésus et à St. Just vit le jour en 1612. Elle était située au nord de l'actuel édifice, derrière le choeur. La construction de la nouvelle chapelle a débuté en 1642 par la partie ouest (la porte actuelle), s'est poursuivie vers l'est en remontant vers le choeur, et fut terminée en 1696. Mais les Jésuites furent expulsés de Nice en 1774, suite à la dissolution de leur ordre par le Pape Clément XIV. L'église devient paroissiale après le Concordat de 1801, sous le vocable de St. Jacques-le-Majeur.
Dans les niches qui décorent la nouvelle façade, édifiée en 1825 dans le style baroque, vous pourrez voir deux figures portant, à gauche, une ancre et à droite, une croix. Elles symbolisent, outre l'espérance et la foi, l'attachement au Christ. Notons un autre effet propre au baroque : de la porte d'entrée au choeur, le sol est en légère pente ascendante, et le visiteur a la sensation de monter ainsi à l'autel, c'est-à-dire vers Dieu.
Le clocher est fait de briques apparentes. Cette technique, rarissime à Nice, fut directement importée du Piémont. Il mesure 42m de haut, et n'est visible que dans l'axe de la rue de la Croix (prendre à gauche la rue Droite, puis à droite la rue Rossetti jusqu'à son intersection avec la rue de la Croix).
Une autre particularité qui la distingue des autres églises du vieux Nice est son perron de quelques marches pour entrer dans l'église.
Franchissez la porte, admirez son intérieur, décoré à profusion pour répandre dans l'esprit des fidèles l'idée de la gloire de Dieu.
Au-dessus de l'entrée, un médaillon central porte l'arrestation de Jésus encadré de quatre médaillons latéraux dans lesquels on reconnaît 4 docteurs de l'Eglise : St. Jérôme (au nord-ouest, en vieillard en haillons), St. Grégoire (au nord-est, en pape, tiare en tête), St. Augustin (au sud-est, en évêque, mitre en tête) et St. Thomas-d'Aquin (au sud-ouest, en dominicain, manteau noir et aube blanche). L'éclairage est apporté par des baies situées au dessus de l'entablement (corniche séparant l'espace divin, en haut, de l'espace terrestre, en bas), diffusant une lumière exclusivement blanche ou dorée. Sous l'entablement, on remarque sur la frise la présence d'une myriade d'angelots (on en dénombre 160 !) sculptés ou peints, messagers célestes, semblant, à l'arrivée du visiteur, se figer, comme surpris en plein vol par cette intrusion dans ce lieu saint...
Au dessus de vous, la voûte de la nef, décorée au début du XIXe siècle par le peintre niçois Trachel (1820-1872), illustre divers épisodes de la vie de St. Jacques-le-Majeur aux côtés du Christ. Délimité par une balustrade polygonale, le choeur est orné d'un autel de marbre surmonté d'un remarquable crucifix. Le grand tableau central au-dessus représente Jésus guérissant le paralytique. A droite de l'autel, un autre tableau où figure Ste. Elisabeth-de-Hongrie entourée de deux pénitentes grises : la sainte y est représentée faisant l'aumône. Derrière l'autel sont disposées les stalles des Jésuites, à l'époque où l'église était desservie par eux. Un petit détail : dans l'axe de l'allée centrale se trouve la trappe de marbre qui donnait accès aux tombes disposées dans le sous-sol de l'église.
Attardez-vous sur les six chapelles situées de part et d'autre de la nef.
À partir de l'entrée de l'église, du côté droit, vous trouverez :
- la chapelle du Sacré-Coeur de Jésus et du Coeur-Immaculé de Marie. Au centre, on peut admirer un tableau placé dans un retable dont les chapiteaux des colonnes portent deux anges. Chaque ange tient une allégorie, celui de gauche la Foi avec le calice et l'hostie, celui de droite l'Espérance avec la Croix. A droite, le tableau où figure Ste. Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de l'ordre de la Visitation, priant le Sacré-Coeur. Elle élabora, au XVIIe siècle, à la suite d'une révélation, la dévotion publique et liturgique du Sacré-Coeur. A gauche, le tableau représente la Ste. Famille. Remarquez, à la voûte de l'arc, quatre figures allégoriques des vertus théologales : de gauche à droite la Justice (avec balance et glaive), la Force (avec une colonne), la Prudence (avec un miroir et un serpent) et la Tempérance (avec deux vases).
- la chapelle St. Joseph, plus petite. Elle était initialement consacrée à la Madone des Sept Douleurs. cette chapelle porte aujourd'hui une statue de St. Joseph. Sous l'autel, on peut voir un gisant du Christ, avec la Vierge dont le choeur est percé par un poignard, rappelant la prophétie du vieillard Siméon lors de la présentation de Jésus au Temple.
- la chapelle des Sts. Louis-de-Gonzague et Honoré évêque : elle fut d'abord dédiée à St. François-Xavier. Elle reçut en 1696 le patronage conjoint de St. Honoré et de St. Louis-de-Gonzague. Le tableau placé au centre représente l'épisode miraculeux de l'histoire du saint, " La communion de St. Honoré ". Au moment de communier, St. Honoré vit le Christ en personne lui donner l'hostie, le Pain de l'Eucharistie, ce qui expliquerait pourquoi il est devenu le patron des boulangers.
À partir de l'entrée de l'église, du côté gauche, on trouve :
- la chapelle des Sts. Crépin et Crépinien. Ces 2 frères, martyrisés vers 285, sont les saints patrons des métiers du cuir. Le tableau corporatif montre l'activité des cordonniers au XVIIe siècle. Les deux saints sont représentés dans leur atelier avec leurs instruments de travail. La décoration de la chapelle a été refaite en 1710 par Jean-François de Barli-Fabri.
- la chapelle de St. Michel-Archange est assez petite et peu décorée. St. Michel est représenté dans le tableau central en train de terrasser le démon.
- la chapelle de la Madone du Rosaire. Elle était le siège de la confrérie du même nom. La statue centrale représente la patronne de la chapelle. Le tableau de droite représente la Madone donnant le Rosaire à St. Dominique et à Ste. Catherine de Sienne. Celui de gauche, l'adoration de l'Enfant-Jésus par deux saints jésuites : St. Ignace est probablement le personnage placé à gauche, et à droite, st. François-Xavier. Ce sont les rares témoins de la présence des jésuites ici.
Et pour terminer la visite, jetez un oeil à la sacristie qui est remarquable par son plafond, typique de la décoration baroque par l'agencement des voûtes et des médaillons décoratifs, ainsi que par l'usage des couleurs. Elle est meublée de stalles provenant de la première église St. Jacques (aujourd'hui Annonciation - Ste. Rita) transférées ici en 1806. D'autres portes sont sculptées de différents motifs : armes de Savoie, navire, fleur de lys,.... Les armoires de droite conservent le trésor de l'église, pièces d'argenterie des XVIIIe et XIXe siècles, habits sacerdotaux. On note aussi le lavabo en marbre. Aux murs figurent divers portraits de saints de l'ordre jésuites, ainsi qu'un tableau représentant une messe dans l'église, sans doute au siècle dernier.


Distinctions, labels :

Elle est classée monument historique depuis le 25 octobre 1971.

Accès :

Tramaway
ligne (T1) : arrêt NICE - Cathédrale - Vieille Ville

Horaires :

Tous les jours sauf exceptions, de 08h00 à 12h00 et de 14h00 à 20h00

Tarifs :

Entrée gratuite

Eglise Saint-Jacques-le-Majeur, dite aussi église du Gesù
12 rue Droite
06300 Nice
Consulter le site Internet
Tel.: 33 (0)4 93 92 60 45

Publicité

Accueil  Nice 
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine : CONSULTER

Démarches - Tourisme - Patrimoine - Automobiles : CONSULTER